Grabote's Story

À la fin de l'année 1972, Denys Prache contacte Nicole Claveloux, étoile montante de l'album illustré en France à cette époque, pour travailler à Okapi. L'illustratrice pense alors à utiliser un personnage dont elle se servait depuis un moment pour orner et signer sa correspondance : Grabote. Elle propose une planche sans paroles qui figure une bataille de bulles entre Grabote et un comparse – en fait la représentation d'un ami, du signe du lion. Denys Prache, impressionné par le résultat, baptise ce lion Léonidas mais demande aussi des aménagements pour le public des « Okapiens ». Les planches suivantes seront en effet plus simples et plus bavardes, tandis que Nicole Claveloux invente des histoires au fil des semaines et adopte pour un bon moment des fonds blancs comme décor (ses couleurs faisaient grincer des parents de lecteurs au début).

NC* mesure pourtant dès le départ les limites de l'affrontement bimensuel de Grabote et Léonidas et propose à l'éditeur new-yorkais Harlin Quist une histoire d'inspiration plus extravagante dans l’album Go, Go, Go, Grabote ! , publié en 1973 aux États-Unis. Pas vraiment contente du résultat, elle en conçoit un deuxième, plus radical encore et propre à satisfaire son goût du pastiche : Pas de grisbi pour Grabote ! lequel paraît fin 1974 en France (et l'année suivante aux États-Unis), en même temps que l'édition française du premier, qui s'intitule Gare à Grabote ! Pas un mot de ces livres dans Okapi - mais Nicole Claveloux n'avait pas de contrat d'exclusivité avec Bayard-Presse...

Grabote arrive donc au journal à partir du n° 30 de février 1973 pour s'installer pendant 200 numéros et plus de huit ans... on lui donne d'abord une page et le succès venant, bientôt deux (à partir du n° 64) et aussi son album dans la « collection Okapi » en 1975 ; les planches sont numérotées pendant les cent premiers numéros (163 épisodes), puis les choses se compliquent un peu : un changement de formule intervenu au n° 131, qui prétendait mettre plus de bande dessinée dans le journal sans lui ajouter de pages pour autant, a pour conséquence de réduire l'espace habituel de Grabote à 2 strips bimensuels (au lieu de 2 planches !). L'insupportable a du mal à s'en remettre : une quinzaine d'épisodes paraissent avant que Grabote retrouve définitivement une page entière (à partir du n° 143, et les deux premières « pages » ne sont en fait qu'un montage d'épisodes conçus pour le format précédent...). À noter que l'auteure avait déjà expérimenté un autre espace d'expression pour son personnage, le temps d'une série de strips dessinés en 1976/77 mais non destinés à Okapi (et dont aucun journal n'a voulu : ils ont finalement été recueillis dans un album publié par Le sourire qui mord/Gallimard en 1994 sous le titre Merci, Grabote ).

Le personnage a étonnament évolué : c'est une petite fille en 1973 (une « grabote » dans le parler stéphanois désigne la benjamine d'une famille) et au moment où elle cède la place à Louise XIV en 1981, elle est quasiment adulte et n'a plus grand chose à voir avec la petite peste de ses débuts : d'insupportable, Grabote est devenue si négative qu'elle finit par disparaître, Nicole Claveloux elle-même ne pouvant plus la supporter... Les histoires ont beaucoup évolué elles aussi : alors qu'au départ elles se développaient librement – à suivre ou pas, tantôt pages d'humour, tantôt feuilleton, elles deviennent finalement des scènes d'intérieur que, de l'aveu même de l'auteure, les limites des personnages rendent de plus en plus étouffantes. Au départ de Denys Prache en 1978 et suivant le remaniement du journal à partir du n° 164 correspond également un changement notable dans le décor : les fonds, qui étaient blancs jusque là, deviennent noirs ! NC tentera enfin de renouveler ses personnages en passant de la planche de bande dessinée à la pleine page du dessin humoristique, où proliférent des Grabotes et des Léonidas pendant une quinzaine d'épisodes qui seront aussi les derniers... Bizarrement, Bayard-Presse choisit de reprendre les planches de cette « période noire » de Grabote dans un album qui paraît à l'automne 1981, alors que NC a déjà abandonné son personnage...

Grabote a fait rapidement figure de mascotte du journal, tout comme sa créatrice en est un peu l'illustratrice-vedette. Avec la complicité de son ami Jean Seisser, Grabote investit d'abord deux Univers d'Okapi en 1974 et 1975 (consacrés à La Joconde et à L'Art contemporain) ; puis elle s'attaque au journal lui-même en 1979 avec des commentaires d'une mauvaise foi réjouissante sur des strips au bas et en sens inverse de chaque page, ce qui oblige à une lecture « en boucle » (Journal perpétuel, n° 176). Grabote apparaît également un peu partout, notamment en couverture : pas moins de 9 fois, record jamais atteint par aucun autre héros du journal, ainsi que dans la lettre « O » d'Okapi pendant une trentaine de numéros entre 1978 et 1979, mais aussi à d'autres endroits plus inattendus et pas toujours sous la plume de NC (sommaires, jeux et bricolages, Univers...).

Elle aura droit aussi à deux aventures indépendantes de sa planche habituelle à l'occasion de numéros doubles : Grabote mène l'enquête (n° 160/161, 8 planches – une histoire qui rappelle l'album Pas de grisbi pour Grabote !) et Supergrab contre Docteur Pustule ! (n° 184/185, 9 planches). « L’insupportable et envahissante Grabote » n'ira pourtant pas jusqu’aux produits dérivés, sauf peut-être avec cette bavette suggérée par Catherine Brus (n° 121).

Si l’on excepte les réalisations à part que sont les Univers, le Journal perpétuel et les albums publiés par Harlin Quist ou Le Sourire qui mord, le feuilleton de Grabote compte près de deux cent-soixante pages, la plus longue des bandes dessinées de Nicole Claveloux**. Cette aventure ayant été très imparfaitement reprise en albums, nous espérons que ce site comblera un manque en vous permettant de la lire dans son intégralité, dans une nouvelle version renumérisée.


(*) c’est-à-dire Nicole Claveloux, qui a un nom assez long et qui a pris aussi rapidement l’habitude de signer ses planches avec ses initiales.

(**) Et en tout cas celle dont elle aura le plus ressenti la durée ! Les débats de Cactus acide et Beurre fondu, publiés dans Okapi sur une période plus longue, atteignent à peine 240 épisodes en dix ans... (et dans un format souvent plus proche du strip que de la planche.)


Un grand merci à Frédéric "Morli" MORLIGHEM et à Patrick DENJEAN (à partir de la planche 148) qui m'ont fourni les images de ces planches, et aussi à Arnaud COUDREUSE et Bertrand WION qui ont complété la collection de quelques planches. Et une grosse pensée pour Jérôme COUZIN qui a rescanné plus proprement tout cela en 2015 et refait le texte de cette page.







Ajouter un commentaire

Bonjour, réponse à la question de Benoit (18/2/2010): les 7 tombeaux d'Amiraseth (3eme aventure des Barneidor sur le site) par Bertrand WION le 13/05/2014 06:30:22
J\'ai 9 ans et j\'ai découvert Grabote dans un album de mon père (L\'insupportable GRABOTE). Mais j\'ai découvert la suite grâce à vous. Merci beaucoup et VIVE GRABOTE !! par MILA le 21/12/2010 09:58:27
Lalala cher ami, des annees de bonheur retrouve grace a vous. envoye a mes frangins frangines pour qu ils s regalent a nouveau egalement!! par gwen le 16/09/2010 07:51:03
Ca y'est la planche 33 est "reparée". Merci de m'avoir signalé le problème. par Bernard B (bernard.barral@wana le 18/07/2010 05:33:44
J'essaie de me rememorer une bande dessinee dans OKAPI des "annees Grabote" qui se passait en Egypte des pharaons. SVP, si vous savez le nom de cette superbe BD dans OKApi, faites moi parvenir le nom. MERCI 1000 fois. par Benoit Leridon (b.leridon@yaho le 18/02/2010 23:14:10
Merci pour ce bain de Grabote... ça faisait bien longtemps. Y aurait-il moyen de re-numériser la planche 33? Le bas n'est pas passé. Merci. par Ghislaine Declève (decleve@gma le 19/01/2010 15:08:38

Génial, toutes les planches ! Je ferai un post sur votre site très prochainement (et merci d'avoir parlé de mon blog :-)) Super travail en tous les cas :-)

 par Li-An (lian00@gmail.com) le 22/05/2007 16:29:25
Merci merci merci pour ces archives de Grabote, sans doute ce que je préférais dans Okapi, inoubliable Grabote! Sylvette  par Sylvette (sylvette56@free.fr) le 17/05/2006 19:21:33